Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Scottish Adventures - Mes péripéties écossaises

St Andrew's Day (30 novembre)

1 Décembre 2009, 00:04am

Publié par Adèle

C’est lundi. Je commence le boulot à 18h, ce qui me laisse toute ma journée de libre. Je me suis levée étonnamment « tôt » (selon mes standards, en tout cas) et aujourd’hui est un jour spécial en Ecosse. Il n’y pas de temps à perdre : c’est la Saint Andrew, la fête nationale de l’Ecosse.

 

Quand j’habitais à Dublin, c’était toute la ville qui se mettait en fête pour la St Patrick. Verts les gens, verte la rivière Liffey, verts les bâtiments et la fête partout, dans tous les recoins de la rue. La St Andrew, au contraire, semble peu fêtée. La ville est comme à son habitude hormis quelques détails – un mini-festival d’activités familiales sur la place St Andrew, et ce qui m’intéresse personnellement : l’entrée gratuite à certains monuments historiques – dont le fameux château d’Edimbourg.

 

Presque six mois à Edimbourg et toujours pas visité le château : la honte. A ma décharge, le prix est plus que prohibitif : 11£ l’entrée adulte, ça fait mal, surtout quand, à ce prix-là, l’audio-guide n’est même pas inclus (supplément de 3,50£, sympa !). Je saute donc sur l’occasion pour visiter le site le plus célèbre de ma ville sans crever mon budget. Le « château » est un fait un ensemble de plusieurs bâtiments, qui vont de l’époque médiévale à une époque bien plus récente – mais tous harmonieusement construits – dans un ensemble qui ressemble à une mini-ville fortifiée. Tout ça me plaît bien. Je repère les lieux pendant un quart d’heure avant d’embarquer pour la visite guidée (gratuite… Merci Saint Andrew) avec notre guide, Laura, une petite boule d’énergie d’une vingtaine d’années avec des anecdotes plein la sacoche. Elle balade notre petit groupe sur l’ensemble du site et nous présente les différents bâtiments. Certains sont encore utilisés par les garnisons militaires et on n’y a pas accès. Après une présentation générale, Laura nous laisse explorer l’intérieur des bâtiment par nous-mêmes. Le château d’Edimbourg, enfin l’ensemble du site qui constitue « le château », ne manque pas de surprises et de détours à explorer. Tout ça est sympa, sans compter que la terrasse offre de jolies vues sur la ville. Je commence par visiter une petite chapelle, puis le monument aux morts de la guerre, après quoi mon estomac me ramène à la basse réalité. J’ai faim. Pause déjeuner au café du château et ça va déjà mieux.

 

Une heure de l’après-midi : les visiteurs se rassemblent sur la terrasse du château pour le tir de canon. Le canonnier arrive, très solennel dans son habit militaire. Et ça fait boum.

 

Marrant, depuis plus de cinq mois que j’habite ici, je n’avais jamais entendu le bruit du canon, qui est pourtant tiré tous les jours à une heure précise depuis la terrasse du château. Est-ce que j’étais toujours trop loin ? Ou le bruit n’est-il impressionnant que lorsqu’on se trouve tout près du canon ? Je ferai attention la prochaine fois…

 

Je visite encore l’ancienne résidence de la famille royale (le seul bâtiment dont l’intérieur fasse  « vrai  château », et qui me rappelle ma petite excursion dans les Highlands et le château d’Eilean Donan), le hall de réception, les prisons militaires (bouh, j’apprécie mieux mon lit, après ça) et les vestiges d’une tour ensevelie… Mais comme mon appareil photo est moribond après quelques années de bons et loyaux services, il faudra vous contenter de votre imagination (ou de l’aide de Google Images) pour vous représenter les lieux.

 

Et, naturellement… le ciel est bleu, le soleil brille !!!

 

Un soleil… froid, je dois l’admettre, depuis deux ou trois semaines que la température a chuté brutalement. Finie les excursions à la journée dans les petits villages écossais, j’ai plutôt tendance à me barricader dans ma chambre avec le radiateur sur 20 ou à me faire chauffer les orteils dans les galeries d’art. La pluie aussi est plus fréquente qu’il y a quelques semaines. Tant pis, tant mieux, après tout ça n’a pas vraiment d’importance. J’espère avoir de la neige à un moment ou à un autre pour voir Edimbourg sous un joli tapis blanc. Avec l’hiver, la fête foraine est venue s’installer dans les jardins de Princes Street – Princes Street où, depuis hier, les bus sont de retour, après des mois de travaux pour l’aménagement de la voie de tramway. En ce moment, c’est simple,  Edimbourg ressemble à Noël. Entre les lumières de la fête foraine, les guirlandes dans les arbres et le petit marché près des galeries nationales, la ville est devenue un gros sapin. La nuit tombe à quatre heures, mais c’est pour la bonne cause…

Commenter cet article

NUT 01/12/2009 22:13


pas besoin de photos avec une telle commentatrice! Mister X (après Miss U)


bulle 01/12/2009 12:01


je continue à suivre le récit de tes péripéties et à être fière de toi poule. Non il ne faut pas avoir honte de ne pas sortir de sa maison quand il fait froid. Moi en dessous de 12 je sors plus,
c'est la sibérie! lol! bisous! Miss U!