Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Scottish Adventures - Mes péripéties écossaises

Road-trip dans les Highlands

23 Octobre 2009, 12:21pm

Publié par Adèle

Il y a environ un mois, j’avais la chance de me voir proposer une excursion dans les Highlands écossais en compagnie de mon amie Elsa et de d’un couple de jeunes voyageurs suisses qui nous hébergions alors. Une belle occasion, qui ne se refuse pas ! Avec du retard, ou plutôt du recul, voici une petite rétrospective de nos trois jours dans les Highlands…

 

Sam et Claudia, nos amis suisses sont germanophones. Elsa et moi sommes françaises, mais nous parlons tous couramment l’anglais, qui remporte encore une fois la palme de la communication inter-frontières… La conversation dérive parfois vers le français avec Sam, qui a vécu six mois à Paris. C’est dans l’enthousiasme que notre petit groupe se met en route pour trois jours de route et de voyage, directement les Highlands en Ecosse. C’est dans la voiture même, après le départ, que nous improvisons notre itinéraire, aidés de quelques cartes et guides touristiques. Nous décidons de faire route vers le nord-ouest, en passant par la petite ville de Pitlochry, pour rejoindre le Loch Ness par son extrémité sud, avant de nous rendre sur l’île de Skye, à l’ouest de la côte. Au retour, nous prendrons le ferry depuis l’île de Skye pour ensuite refaire route vers le sud par la ville de Fort William. Le premier jour nous réserve un temps magnifique. A Pitlochry, charmante petite ville écossaise, le pique-nique s’impose au bord d’une rivière. On a presque trop chaud, le ciel est d’un bleu sans nuage. Nous profitons de notre escale pour visiter une vieille cathédrale celte et bavarder avec les archivistes, qui nous renseignent sur l’histoire du lieu, avant de reprendre la route. Nous souhaitons arriver au Loch Ness avant la nuit. La route est longue, mais nous nous arrêtons en chemin pour faire des provisions ou nous dégourdir les jambes. Le paysage change au fur et à mesure que nous avançons vers le nord, et se fait plus spectaculaire, plus montagneux. Les arrêts photos se multiplient, et nous donnons du fil à retordre à Sam, qui se charge de la conduite. Mais les paysages sont trop beaux pour ne pas s’arrêter et admirer la vue !

 

 


Vers sept heures du soir, nous sommes arrivés. L’auberge de jeunesse nous réserve une belle surprise : nous disposons de deux chambres individuelles, d’une cuisine équipée, et même le petit déjeuner est inclus. L’endroit est très calme, et à deux pas du Loch Ness. Après le dîner, Elsa, Claudia, Sam et moi marchons jusqu’au célèbre lac. En fin de soirée, le Loch Ness semble encore plus calme et reposant. Nous restons bien deux heures à bavarder et à flâner sur la berge, puis à la nuit tombée nous rentrons tranquillement à l’auberge. Notre petit groupe s’entend si bien qu’il est difficile de croire qu’il y a deux jours à peine, nous ne nous connaissions même pas !

 

 

Le Loch Ness au crépuscule

 

 

Deuxième jour de notre voyage : nous quittons tôt l’auberge pour nous rendre sur l’île de Skye. Au passage, nous décidons d’aller visiter le château Eileann Donan, l’un des plus célèbres d’Ecosse – et sans doute l’un des plus beaux. Nous prenons le temps de visiter l’intérieur du château puis nous attardons pour quelques photos d’extérieur et une part de gâteau à la carotte ! Eileann Donan représente un peu cet idéal romantique du château écossais : les pierres grises, la façade un peu en ruine, dominant un loch brumeux… Nous avons la chance d’arriver juste avant le flot de touristes et de profiter également de la visite des salles intérieures.

 

Nous repartons ensuite en direction de l’île de Skye, à l’ouest de l’Ecosse. Dès notre arrivée sur l’île, le paysage change : la végétation est rase, uniforme. On devine que le froid et le vent doivent être rigoureux, surtout en hiver. Lorsqu’on s’enfonce plus avant dans les terres, on se retrouve entouré à perte de vue par un paysage qui se décline dans des teintes de verre, d’ocre et de rose. C’est une vision presque irréelle. Nous sommes seuls sur la route et souvent, à l’horizon, pas une maison, pas un voyageur. On se sent seuls au monde… à quatre, et ce n’est pas déplaisant ! L’île de Skye me rappelle étrangement des images télévisées de grands treks solitaires en Mongolie ou en Afghanistan. Ce n’est pas tout à fait la même chose, mais on se sent tout petit – et très libre, en même temps.

 



Après une escale déjeuner dans la « ville » principale de l’île de Skye, nous reprenons la route, Sam au volant, pour continuer notre exploration de l’île. Comme la veille, nous n’avons pas réservé de logement pour la nuit et la chasse à l’auberge de jeunesse commence dès le début de l’après-midi.  Dans les quelques villes que compte l’île, la plupart des auberges affichent déjà complet. Après quelques coups de fils, nous dénichons une auberge qui compte encore des lits de libres. Elle se trouve un peu au milieu de nulle part, du côté ouest, près de la mer. On y arrivera en soirée, après avoir profité d’un road-trip autour de l’île.

 

 


En chemin, nous faisons aussi connaissance avec les vaches des Highlands, ces fameuses vaches rousses à poils longs (celle dont la frange leur retombe sur les yeux !). On s’amuse aussi à se mesurer à la force du vent… L’île de Skye est sans aucun doute la région la plus venteuse que j’aie jamais visitée. A certains endroits, près des falaises, le vent est tellement fort qu’on n’arrive plus à tenir droits nos appareils photos et qu’on manque souvent de se faire renverser par les bourrasques. On se penche en arrière, dos au vent, et la force du vent nous soutient… Un vrai plaisir d’enfants !

 

En soirée, nous parvenons à notre auberge, sur la côté ouest. Le cadre est très joli, on est littéralement au milieu de nulle part. Nous poussons jusqu’à la côte, qui est toute proche, pour admirer la mer et la plage de sable noir. Après le dîner, je décide de prendre une bonne douche chaude après notre aventure de la journée… Les cinq premières minutes, tout va bien. Et puis plus d’eau. Non, pas plus d’eau chaude : plus d’eau tout court ! Rien ne coule du robinet. Evidemment, la loi de Murphy veut que ce soit le moment où je sois couverte de shampoing et de savon des cheveux jusqu’aux orteils… Il est onze heures du soir passées, il n’y a personne à la réception et pas vraiment de solution miracle à l’horizon. L’épisode donne lieu à une reconstitution style 19ème siècle où les filles m’apportent de l’eau chaude dans des bassines de la cuisine…

 

Vue des collines depuis la plage


Après  une journée bien chargée, on mérite une bonne nuit de sommeil. Malheureusement, nous réveillés en permanence par le bruit de l’eau dans les tuyaux. Tantôt ça goutte, tantôt ça ruisselle, mais toujours est-il que le bruit nous empêche de nous reposer. Tant pis ! Ces petits imprévus font aussi partie du voyage.

 

Le lendemain, il est déjà temps de repartir. Une dernière surprise nous attend. En route vers le port, nous sommes attirée par un attroupements de curieux près de la voie ferrée… Nous tombons au bon moment : c’est le train de Harry Potter qui passe par là ! Le seul, le vrai, celui qu’on voit dans le film avec sa locomotive à vapeur… On s’accorde une minute d’hystérie et de gloussements, après tout ce n’est pas tout les jours.

 






Puis un petit tour en ferry et puis s’en vont… Retour sur la terre ferme, en route vers le sud. Nous nous arrêtons à Fort William pour un dernier pique-nique ensemble, puis il est temps de redescendre direction Edinburgh. Du nord au sud, le paysage change peu à peu. Nous nous arrêtons fréquemment pour des pauses photos (encore et toujours… pauvre Sam)… Vers cinq heures du soir, nous voilà de retour à Edimbourg. Mission accomplie !

 

 

 

 

 

 

Quand est-ce qu'on repart ?...

Commenter cet article

NUT 25/10/2009 20:41


Je trisse! je veux venir aussi! c'est beau, c'est bien écrit, ça donne envie. et puis en compagnie aussi charmante que la tienne ça doit être le top du top


Breizh MaPa 25/10/2009 12:35


Oui, oui, oui, tu as raison Claire, ça donne furieusement envie d'y aller !!! Heu ........... on réserve le canap pour le mois d'avril !!! Nous aussi, on veut aller câliner Nessie !!! Breizh MaPa


claire 24/10/2009 01:41


si ça ne marche pas pour toi l'écriture, j'ai une deuxième option: photographe de cartes postales!
non sans blague, magnifique comme d'hab. ça donne envie de venir squatter ton canap!
(ps: j'ai regardé les prix pour faire el jadida-édimbourg, et si on se retrouvait à mi chemin?)


Adèle 26/10/2009 00:19


Oh tu sais, je n'ai pas grand mérite : les paysages étaient tellement beaux qu'avec n'importe quel appareil photo, ça donnait de belles images ! Mais oui, "viendez" tous en Ecosse, c'est chouette,
et il ne pleut même pas tant que ça !