Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Scottish Adventures - Mes péripéties écossaises

My tailor is rich

11 Avril 2012, 20:12pm

Publié par Adèle

 

Il y a quelques mois, les éditions de dictionnaires Collins ont décidé d’organiser un concours pour dénicher l’étudiant « le plus multilingue du Royaume-Uni ». Un joli défi dans un pays pas réputé pour être très porté sur l'apprentissage des langues... Le gagnant : Alex Rawlings, un jeune étudiant de 20 ans qui parle... 11 langues ! Après, bien sûr, on peut chercher la petite bête : à partir de quel niveau peut-on vraiment prétendre connaître une langue ? Quand on est à l’aise à l’oral ? Quand on peut se débrouiller dans la vie courante ? Quand on a un bon accent ? Quand on dispose d’assez de vocabulaire pour comprendre une conversation sur n’importe quel sujet au hasard ? Quand on commence à utiliser des expressions idiomatiques ? Et que fait-on des codes culturels, qu’on n’apprend pas à l’école mais qui font partie intégrante de l’identité linguistique – la façon dont on aborde un sujet, l’humour, la gestuelle, etc. ? En attendant de vous faire votre opinion, je vous laisse découvrir la démonstration linguistique d’Alex Rowlings (sous-titres seulement en Anglais, désolée !). Plutôt épatant !

 

 

 

 

 

Et la transition est toute trouvée pour évoquer la manifestation pour la défense de la langue bretonne et des langues régionales à Quimper, le 31 mars dernier. Finalement, ce n’est pas la langue bretonne elle-même que je souhaite défendre à tout prix. Si on ouvrait des écoles franco-finlandaises à Plougastel, ou qu’on apprenait le Polonais à Spézet (une ville tellement paumée qu’elle perturbe mon correcteur d’orthographe Word qui ne reconnait pas le mot), je serais quand même pour, parce que le bilinguisme, quelle que soit la langue, c’est bon pour le cerveau. Mais puisqu’on est en Bretagne, autant parler Breton ! Voici une petite vidéo enregistrée à l’occasion de la manifestation et qui explique bien pourquoi l’enseignement bilingue ne peut être qu’un avantage :

 

 

 


Allez, je vous laisse, faut que je révise mon Japonais !


Commenter cet article

bar13 13/04/2012 13:23

ok with you my friend!But I don't speak fluently English!En Ecosse après ton départ(le notre plutot!), on faisait des efforts, c'est sympa!Je demande un monunent, la dame commence en Anglais puis
finit en Francais! kenavo

Adèle 13/04/2012 13:29



Hé oui, quand tout le monde fait un petit effort, on arrive toujours à se comprendre ! A une prochaine en Ecosse !



NUT 12/04/2012 21:45

entièrement d'accord!

moi je pratique la langue de bois, la langue de pute, la langue de chat et même parfois le cunnilingus ...

Adèle 12/04/2012 21:55



Ah, c'est du propre tiens !



Seb 11/04/2012 23:50

Et puis quand même, voudrais pas dire m'enfin hein... On entend bien que l'accent de son français au lauréat, ben y vient pas de chez nous.

Ah non-non-non c'est pas une remarque dictée par l'aigreur. Quelle drôle d'idée ?

Adèle 12/04/2012 22:54



Tu veux qu'il s'est un peu "embrillé" ? Hu-hu, oh que c'est méchant de se moquer.



Seb 11/04/2012 23:31

Et si on ne connait les langues que de nom, ça compte aussi ?

Parce que bon je peux citer le hongrois, l'ousbèque (ok je l'ai peut-être mal écrit mais c'est pas une raison pour que le correcteur orthographique me propose "obsèques"), le néerlandais, le
zoulou, l'espagnol, le portugais, le suédois, le macédonien, le croate, l'albanais, le slovaque, le tchèque, l'elfique, le klingon... Et voilà j'ai gagné !

Quelle belle transition avec ton précédent coup de gueule dis donc !