Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Scottish Adventures - Mes péripéties écossaises

La Bag-Noz

15 Mars 2011, 02:17am

Publié par Adèle

SDC14406

 

 

 

 

Toutes les fois qu’il doit se produire quelque sinistre dans les parages de l’Île de Sein, l’on voit apparaître un bateau-fantôme, tantôt incliné sur les eaux sombres, la pointe de son gui trempant dans la vague, tantôt dessiné en silhouette indécise sur le fond orageux du ciel.

 

On le désigne sous le nom de bag-noz (barque de nuit) parce que c’est surtout à la tombée de la nuit qu’on le voit soudain surgir, sans qu’on puisse dire de quelle direction il vient, ni quelle route il fait. Car il s’évanouit tout à coup, au moment où on le regarde, pour se montrer, l’instant d’après, sur un autre point de l’horizon. Il vogue toutes voiles dehors, avec un pavillon noir en berne.

 

Les barques de l’île l’ont souvent croisé quand elles rentraient du large aux premiers signes avant-coureurs du mauvais temps. Quelques-uns même ont essayé de l’accoster, pensant que c’était quelque bateau en détresse, d’autant que son équipage – qui doit être nombreux – ne cesse de crier et d’appeler, comme pour demander du secours, avec des voix suppliantes, des voix tristes à fendre l’âme. Mais, sitôt qu’on faisait mine d’approcher, la vision s’effaçait et les voix elles-mêmes devenaient si lointaines qu’on ne savait plus si c’était dans les profondeurs de la mer ou dans les profondeurs du ciel qu’on les entendait hurler.

 

Anatole le Braz, La légende de la mort

Commenter cet article

NUT 16/03/2011 20:47


je me fais doublement doubler par bulle (pour la primeur du com et pour son contenu : c'est ce que je voulais mettre)
bag c'est pas un sac?
c'est pour ça que tu as mis un pochon plastique pour faire la mer sous le navire.

1000 pensées pour ton frangin


Seb 15/03/2011 19:59


Comme quoi, quand on veut s'en donner la peine, on peut faire un bon usage de l'île de Sein.


Adèle 16/03/2011 22:41



BEST. COMMENT. EVER.



bulle 15/03/2011 17:54


belle illustration du texte.