Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Scottish Adventures - Mes péripéties écossaises

All work and no play (ou presque) : 30 juin – 13 juillet

13 Juillet 2009, 21:10pm

Publié par Adèle

Deux semaines que je travaille à la boutique de souvenirs, et beaucoup moins de temps pour écrire ! Il faut dire que les journées longues s’enchaînent. J’ai eu plusieurs fois des journées de 12h avec juste une demi-heure de pause – et même deux journées de 12h enchaînées avec bien sûr fête entre les deux jusqu’à 3h du matin. Bizarrement, j’ai plutôt bien tenu le coup le lendemain. Il faut dire que le boulot en lui-même ne me dérange pas, et finalement je suis plutôt bien taillée pour les longues heures. En général, on change de tâche régulièrement et le temps passe vite. Gros bémol cependant : ma chef n’est « que » manager de la boutique et quand les gros patrons ont envie de venir compter leurs sous et critiquer (les deux choses qu’ils savent faire le mieux), l’ambiance est nettement plus tendue. Dommage car j’étais plutôt enthousiaste jusque-là, et je m’entends très bien avec ma chef et les autres employés – je l’aime bien ma petite équipe internationale, les papotages avec les Irlandais, les copines Italienne ou Finlandaise, les deux autres Français… Les patrons semblent aussi avoir l’intention d’ouvrir la boutique de plus en plus en plus tard à mesure que le festival d’Edimbourg approche. 9h-23h tous les jours avec une demi-heure de pause en tout et pour tout ?... Merci, mais non merci. Je ne pense pas faire long feu ici, même si je trouve ça dommage. Il y a vraiment des gens que l’argent rend idiot.

 

Pourtant il y a aussi plein de moments sympas au boulot. Quand je réponds en Français aux touristes francophones et qu’ils s’extasient – « Elle parle bien français, dis donc ! ». Les réunions secrètes avec les collègues dans la réserve (aaaahh la réserve, quelle bonne planque !). Râler avec les collègues compatriotes (puisque la langue de Molière s’y prête tellement bien…) sans que les autres comprennent. Papoter avec les Irlandais en pliant les foulards en cachemire. Rigoler avec ma chef pendant une heure parce qu’elle aussi en a marre. Manger des bonbons sous prétexte qu’on doit goûter les produits pour pouvoir conseiller les clients. Dommage que quelques rabat-joie avares viennent gâcher tout ça et abuser des bonnes volontés. Cruel monde du travail !

 

Donc, entre deux journées non-stop, je saute sur l’occasion dès que j’ai un jour voire une demi-journée de libre pour me balader dans Edimbourg et voir du vert. Premier jour « off », je me rends à Cramond, un tout petit village en-dehors d’Edimbourg, sur la côte, à trente minutes en bus. Par chance, quand j’arrive, c’est marée basse et la jetée qui mène à une toute petite île est découverte. C’est encore une fois dépaysant et d’autant plus appréciable qu’il fait très, très beau (encore une fois, ai-je envie de dire, pour preuve que les clichés sur le temps écossais ne sont pas forcément vrais !).



Vue de Cramond depuis l'île





Le beau temps écossais !



Les mouettes à marée basse près de la jetée de Cramond

 

Après un mois à Edimbourg (un mois déjà !), j’ai une vie sociale sacrément bien remplie – les copains écossais, américains, les collègues – et il faut jongler entre les différentes sorties ! Dans mes moments de libre, j’alterne entre shopping (forcément, maintenant que j’ai des sous !), fêtes et musées. Comme j’ai déjà vu presque toute la ville, je commence aussi à retourner aux endroits que j’ai préférés. Je ne sais pas trop où je serai ni ce que je ferai dans un mois ou deux, mais Edimbourg exerce toujours autant son charme et je compte bien me débrouiller pour en profiter un peu plus. A voir ce que l’avenir me réservera…

 

Ci-dessous, en vrac : quelques instantanés de mes moments de liberté à Edimbourg et dans les environs.



Dans un parc à Leith, vue sur l'océan tout en lisant mon livre




La camionnette des glaces a fait escale près des Galeries nationales




L'omniprésence des espaces verts en plein coeur de la ville




En route pour la Royal Mile, sur mon trajet de bus ; à droite, le musée national écossais

Commenter cet article

NUT 30/07/2009 21:40

waw c'est beau! et toujours aussi bien écrit!

L'autre là-bas de l'autre côté 16/07/2009 18:00

Quoi ? Tu as du temps d'écrire sur ton blog ?? Retourne donc vite travailler, faire honneur à ta chef japonaise :-D